Plateforme d’échange d’informations

sur la prison, l’internement, la sanction pénale, la répression

Bulletin électronique - No 6 / juillet 2013 - Editorial


Madame, Monsieur, chères amies et amis,

Les prisons ouvertes ?

Qu’en est-il ? Quels en sont les buts, les avantages à supprimer murs, barreaux, serrures ?

Elles coutent moins cher (en installations, personnel de surveillance), engendrent moins de récidives, d’évasions et de suicides, elles humanisent la détention (respect de la dignité humaine, des droits des détenus, climat carcéral plus détendu). Elles favorisent la réinsertion dans la vie libre (grâce aux formations, activités rémunérées, soins, etc.), elles responsabilisent les détenus et les rendent plus autonomes. Elles peuvent même participer à transformer la représentation sociale de l’incarcération. Certes, la prison ouverte reste une prison, les barreaux sont dans la tête. « Ce n’est pas un camp de vacances » s’exclame un détenu anglais. Car elle demande la discipline consentie, l’adhésion au contrat moral, le travail quotidien. Elle fait malgré tout planer sur les têtes l’épée de Damocles qu’est le transfert en prison fermée, en cas de manquements aux règles strictes.

Ce modèle novateur de la détention « sans murs ni barreaux », bientôt vieux de deux siècles, s’est déployé en Europe de façon très diversifiée et plus marquée au Nord, mais il est encore peu utilisé, ainsi que le montre une récente étude française. Il est aussi présent en Suisse, modestement. Mais pourquoi donc, face à ses nombreux avantages, reste-t-il si peu appliqué, développé, revitalisé chez nous comme ailleurs ?

Avec ce dossier sur les prisons ouvertes, nous lançons le débat sur les nombreux enjeux de ce régime de détention particulier et peu connu. Merci à vous de nous communiquer témoignages, textes, études, etc.

Les prisons ouvertes constituent un modèle alternatif. Pour l’heure, le modèle dominant reste l’enfermement, avec tous les problèmes que cela engendre en matière de coût, de pénurie de personnel, de sur-occupation des établissements, de dégradation de la santé des détenus et de dysfonctionnements.

Nous vous souhaitons une bonne lecture !

Groupe prisons : rédactrice responsable Marie Bonnard, avec la participation de Patricia Lin, Anne-Catherine Menétrey-Savary, Anne Papilloud, Muriel Testuz


Dans ce bulletin:
 
  • Dossier sur les prisons ouverts
  • Rapports des organes de contrôle - audits
  • Solidarité avec les détenus
  • Nouvelles des prisons
  • Mineurs et jeunes adultes
  • Système pénal, sanctions pénales
  • Internement, mesures thérapeutiques
  • Fonctionnement de la justice
  • Associations
  • Publications
  • Pages culturelles