Plateforme d’échange d’informations

sur la prison, l’internement, la sanction pénale, la répression

Bulletin électronique - No 8 / mars2014 - Editorial


Madame, Monsieur, chères amies, chers amis,

Lors de chaque nouvelle parution de notre Bulletin - ou presque -, nous reprenons l’antienne : les prisons sont pleines, elles regorgent, elles débordent, on risque l’explosion. A Champ-Dollon, le record absolu de surpopulation dans la prison genevoise a été atteint dernièrement (record qui sera bientôt dépassé ?). Pierre Maudet, magistrat en charge du Département de la sécurité, a élégamment déclaré que « la situation est devenue très difficile ».

Le thème de la surpopulation carcérale semble bien se jouer à quatre temps : le premier mouvement – un largo- en fait péniblement état ; il y est aussi dénoncé les conséquences désastreuses pour les détenus. Le deuxième temps, soit un allégro, annonce la construction prochaine de nouvelles cellules, de nouveaux édifices appelés à régler subito presto cette situation délétère. Mais l’effet d’annonce passé, arrive alors le troisième mouvement, l’adagio : il faut des terrains, des sous pour construire, pour financer le personnel supplémentaire, les finances sont à plat… On n’y craint pas les incohérences dissonantes de certains instrumentistes, obnubilés par les restrictions budgétaires et le moins d’Etat. Le quatrième mouvement, est entamé par le duo Politique-Justice, qui chante dans un puissant final le tout-sécuritaire et le tout-carcéral, final repris par le chœur populiste : au trou, au trou, au trou !

Mais quel sens à tout cela ? Une cacophonie affligeante tournant en boucle… Que faire alors ?

Le procureur général genevois, Olivier Jornot, vient d’énoncer (Le Courrier du 19 mars) que « la justice n’est pas calibrée en fonction de la capacité pénitentiaire ». Ah bon ? Et si l’on inversait la donne ? Que l’on dise : la capacité carcérale donne le la, le ton à la justice. Il existe bien le numerus clausus pour limiter le nombre d’étudiants, en médecine par exemple. A quand donc un numerus clausus des peines privatives de liberté ?  En France, aujourd’hui, on y évoque un numerus clausus pour désengorger les prisons. Nous ne l’avons pas inventé : lire en page 6 l’article de Libération « Sept façons d’éviter la case prison ».

Toute bonne lecture !

Groupe Infoprisons :    rédactrice responsable Marie Bonnard, avec la participation de Patricia Lin,
                                 Anne-Catherine Menétrey-Savary, Muriel Testuz ; relecture Joëlle-Pascale Ulrich


Dans ce bulletin:
 
  • Organes de contrôle et audits
  • Nouvelles des prisons
  • Système pénitentiaire

  • Santé en milieu carcéral
  • Internement, mesures thérapeutiques
  • Mineurs et jeunes adultes
  • La prison... autrement
  • Système pénal, sanctions pénales
  • Tribunaux, justice, police
  • Pages culturelles
  • Associations
  • Publications