DOSSIER : « Surpopulation carcérale » :  « On ne peut pas continuer d’arrêter autant »

 

Interviewé par Fati Mansour dans Le Temps du 3.5.13, Jean-Marc Carnicé, vice-bâtonnier genevois, souligne qu’il faut conjuguer les exigences de lutte contre la criminalité proclamée par Pierre Maudet et Olivier Jornot avec les celles de respect de la dignité pour les personnes détenues. Il évoque le contexte préélectoral dans lequel sont proclamées ces options sécuritaires et les sentiments xénophobes que ce message peut susciter dans la population. « Dans une société démocratique, le débat ne peut pas porter uniquement sur la sécurité ». Par ailleurs, la détention provisoire ne doit pas devenir la règle et il faut tenir compte de la hiérarchie dans la gravité des actes. Une certaine mesure s’impose face à la petite délinquance, étant donné les conditions d’enfermement inacceptables. Le vice-bâtonnier encourage les avocats à utiliser tous les moyens légaux pour contester les détentions infondées et se dit favorable aux demandes d’indemnisation comme moyen de faire bouger les choses. Il critique également la directive du Ministère public introduisant une sorte de peine plancher de six mois de prison ferme pour les personnes déjà condamnées dont la seule infraction est de se trouver illégalement en Suisse. Enfin il condamne fermement une politique dont le seul but serait de « pourrir la vie des gens en infligeant une sorte de sanction avant jugement dans l’espoir de les voir disparaître ensuite ».   

En savoir plus :  Fati Mansour; Le Temps; 3.5.13  On ne peut pas continuer à arrêter autant

 

Voir:   Dossier: la surpopulation carcérale