Plus d’internements, moins de thérapies, demandent les adeptes de l’enfermement de longue durée

Depuis l’entrée en vigueur du nouveau Code pénal, en 2007, les tribunaux ont prononcé plus souvent des condamnations à des mesures thérapeutiques, article 59, qu’à des internements, ordinaires ou à vie, article 64.
Cette tendance déplait à la droite du Parlement. L’automne dernier, deux initiatives parlementaires ont été débattues au Conseil national, demandant que l’internement ait la priorité et qu’on puisse prononcer une telle mesure même quand les auteurs de délits seraient accessibles à une thérapie. Ces deux initiatives ont été refusées par 108 voix contre 76.
La totalité des conseillers nationaux UDC, la moitié des PDC et une poignée de PLR les ont appuyées.
Plus: site du Parlement suisse:
Plus d'internements, moins de thérapies