Le canton de Vaud se dote d’une politique pénitentiaire ambitieuse, inédite en Suisse semble-t-il

Chargée du Département des institutions et de la sécurité, la conseillère d’État Béatrice Métraux a rendu public fin janvier un rapport adressé au Conseil d’État (CE), présentant les défis et priorités stratégiques, relatifs notamment à la surpopulation carcérale, à la réinsertion des détenus et à la prévention de la récidive. A l’origine de cette vaste réflexion : le décès du détenu Skander Vogt survenu en 2010 et, dans la foulée, le postulat de trois députés demandant au CE « un rapport sur la politique pénitentiaire actuelle et future du canton (…) », ainsi que le profond remue-ménage survenu au sein du Service pénitentiaire vaudois. Six ans après, ce nouveau et volumineux rapport « fait de la prise en charge des détenus une pièce cardinale de la sécurité publique. Après les mesures urgentes, le politique veut désormais une stratégie payante sur le long terme. Tout un programme », résume le journal Le Temps.

Plus :Fati Mansour, Le Temps, 26.01.2016, « Les ambitions pénitentiaires vaudoises »
Rapport sur la politique pénitentiaire au Conseil d’État, DIS, SPEN, 12.2015
Synthèse du rapport de la politique pénitentiaire, DIS, SPEN, 25.01.2016
Rapport du Conseil d’État au Grand Conseil sur le postulat Anne Papilloud et consorts, 12.2015