La privatisation des prisons: un échec pour l’Afrique du Sud

Après le scandale de la prison de Mangaung où les prisonniers étaient l’objet de sévices et tortures, le Ministre des services correctionnels vient de le reconnaître : la privatisation des prisons est un échec complet. Le partenariat public-privé est un gouffre financier pour l’Etat. Le contrat d’une durée de 25 ans coutera aux finances publiques la coquette somme de 20 milliards de rands pour les deux seules prisons privatisées, celle de Mangaung et la prison Kutama Sinthumule dans la province du Limpopo. Avec cet argent, l’état pourrait construire 18 prisons ! La prison de Mangaung est aux mains de la société de sécurité britannique G4S, une enquête est en cours sur les mauvais traitements infligés aux prisonniers : camisole chimique et chocs électriques. De l’aveu du Ministre, les prisons privées en Grande-Bretagne n’ont pas non plus fait de miracle : « ils sont arrivés à la même conclusion : les prisons privées, cela ne marche pas ».

Plus: Businessday, (Afrique du Sud) 06.11.2013, publié par Rencontre nationale avec le peuple d’Afrique (RENAPAS, France)