Libération conditionnelle : la plus grande sévérité romande en question

Dans notre dernier bulletin, nous avions repris un article du Temps faisant état de disparités entre cantons dans les décisions de libération conditionnelle. (Voir : Thomas Freytag, Aimée Zermatten, Le Temps, 22.12.16, La curieuse sévérité romande en matière de libération conditionnelle)
A la suite de cette parution, Sylvie Fischer, nous a signalé l’article original sur le même sujet, dont elle est l’auteure, paru dans Plaidoyer n° 6/2016. Ce texte donne des chiffres précis sur les libérations conditionnelles selon les trois concordats de Suisse, et il pose de façon intéressante la question de savoir si chaque canton doit avoir sa propre commission de dangerosité ou si une seule commission par concordat garantit une meilleure harmonisation des procédures. Une autre différence est également signalée entre les cantons où la décision appartient à l’administration pénitentiaire et ceux où se sont les juges qui tranchent.

Plus : Sylvie Fischer, Plaidoyer ; 6/16 « Libération conditionnelle : plus grande sévérité romande en question »