Un projet de loi pour étendre le recours aux profils ADN dans les enquêtes criminelles

Dans le bulletin Infoprisons n° 20, nous abordions la question de l’utilisation des profils ADN et de ses limites. [Etablir le profil génétique d’un criminel: une technique controversée]. Cette question est plus que jamais d’actualité, et de fortes pressions s’exercent sur le monde politique pour que la police puisse avoir recours aux séquences « parlantes » d’ADN, celles qui permettent de déterminer l’âge, la couleur des yeux, de la peau et de la provenance géographique. Une loi dans ce sens est en préparation sur le plan fédéral. Un bras de fer pourrait donc s’engager entre la protection des données et les techniques policières. Premier pas dans ce sens: les investigations s’étendent aux proches d’un suspect, grâce à l’ADN familial.

Plus: Lucie Monnat; 24 Heures, 09.09.17,
« L’ADN familial, l’arme controversée des détectives »