«Les risques d’une contre-réforme pénale»

L’avis de l’expert André Vallotton

Le DFJP a récemment lancé une procédure de consultation visant à supprimer les jours-amendes et à revenir largement aux peines de prison. Or, les autorités manquent de chiffres déterminants qui justifieraient l’abandon du nouveau Code pénal. Pire, le projet cède allègrement au populisme pénal.
En savoir plus : André Vallotton, chargé de cours à l’Université de Lausanne et membre du Conseil de coopération pénologique du Conseil de l’Europe, Le Temps du 3.09.2010.

Voir pièce jointe:  contre réforme pénale