Infoprisons

Dans ce bulletin

Carcéral au quotidien

Entretien avec Ariane Rudaz, responsable de secteur de la formation Fep (Formation dans l’exécution des peines) en Suisse romande.

_
Plus : Karen Klaue, Infoprisons, mai 2016, La formation est une bulle d’oxygène en prison

La formation en prison est une thématique cruciale pour au moins deux raisons majeures: d’abord on sait que les lacunes en matière d’éducation de base sont considérables en milieu carcéral; deuxièmement, la formation augmente les chances d’une réinsertion sociale de manière significative. Les retombées sont donc bénéfiques à la société à l’encontre des tenants de la seule voie punitive qui considèrent la formation en prison comme un privilège. Sur quelles bases juridiques repose-t-elle ? Quelle est la situation de la formation en prison en Suisse ?

_

Plus : Karen Klaue, Infoprisons, juin 2016, Situation de la formation dans les prisons suisses: bases juridiques et couverture

L’ bservatoire interna onal des prisons, sec on fran aise, dans son blog sur ediapart, publie divers ar cles sur la forma on en prison, notamment dans le domaine de la philosophie, et sur des expériences de créa ons culturelles « professionnalisantes . l s’agit d’amener les détenus à s’interroger sur leur rapport au monde, sur leur u lité sociale et sur leurs droits.

_

Plus : Observatoire international des prisons, juin 2016, Formation et activités culturelles en prison

Les Établissements de ellechasse ont mis sur pied un magasin en ligne a n de vendre les produits confec onnés par les détenus. Ceux-ci développent des compétences u les pour leur resocialisa on.

_
Plus : Olivier Wyser, Le Courrier, 18.04.2016, De la prison au magasin en ligne

Des détenus du pénitencier de Bochuz ont contacté le quotidien 24 Heures pour l’alerter sur un trafic de drogues et de téléphones portables, qui créerait des tensions dans l’établissement et ferait monter la violence. Un agent de détention a d’ailleurs été arrêté récemment pour soup on de corruption. Selon ces dénonciateurs, il y a longtemps que de la drogue circule et que les gardiens laissent faire, car ça calme les détenus. Du coup un débat s’engage entre spécialistes du droit pénal pour savoir si on ne devrait pas autoriser les natels dans les prisons. Certains d’entre eux estiment que les prisonniers ne s’en serviraient que pour parler à leurs proches ; d’autres que c’est l’accès à internet qui les intéresse, pour préparer des nouveaux délits.

_

Plus : Pascale Burnier, 24 Heures, 08.06.2016, Des détenus dénoncent le chaos à Bochuz

Plus : Fabiano Citroni, Le Matin Dimanche, 12.06.2016,
«Il y aura moins de corruption si on donne des téléphones aux détenus »

Cet article pose la question des relations amoureuses pour les détenus célibataires. En France, six détenus sur dix n’ont pas de partenaire. Et si la solution résidait dans la mixité des établissements pénitentiaires ? L’Espagne et le Danemark l’expérimentent depuis plusieurs années. Les avis des spécialistes de ces pays sont partagés.

_

Plus : Médiapart, février 2016, Contre la misère affective et sexuelle, des prisons mixtes ?

Prisons sous surveillance

La première plateforme digitale d’informations, de ressources et d’échanges sur les prisons dans le monde sera officiellement lancée le 20 septembre prochain à Lyon en France. Prison Insider a pour buts de promouvoir la dignité et les droits fondamentaux des personnes emprisonnées, de faire connaitre les conditions de détention en mobilisant, pays par pays, un réseau de correspondants. Mais encore de valoriser les bonnes pratiques par comparaison. En s’informant, en comparant et en échangeant, Prison nsider espère susciter un regard nouveau et informé sur les prisons du monde. Savoir pour agir !

_

Sur mandat de la Confédération (comité de pilotage DFAE/DFJP) le Centre suisse de compétence pour les droits humains a réalisé une étude sur l’application en Suisse des normes internationales et constitutionnelles qui régissent l’internement. Les détenus soumis à ce régime après avoir purgé leur peine ne sont plus enfermés pour expier leur crime, mais pour protéger la population d’une éventuelle récidive. Leurs conditions de détention devraient être assouplies, et le régime auquel ils sont soumis devrait « ressembler le plus possible aux conditions de vie en liberté », compte tenu du fait que la mise en liberté de personnes internées, selon l’étude, est devenue une exception en Suisse. r la plupart du temps ces personnes sont soumises au régime ordinaire de l’exécution des peines, ce qui semble incompatible avec les droits humains.

_

Plus : Centre suisse de compétence pour les droits humains (CSDH), juin 2016, Résumé de l’étude : « Conditions de détention des personnes internées », les normes en matière de droits humains et la situation en Suisse

La Commission des « visiteurs » examine le quotidien des prisonniers et essuie les critiques. Le Grand Conseil estime en effet que la Commission a tendance à sortir de son mandat. Quel est le rôle exact de ces sept députés ?

_
Plus : Mathieu Signorell, 24 Heures, 07.05.2016, Pourquoi la vie en prison agace les parlementaires

Mineurs et jeunes adultes

L’assertion selon laquelle la prison est l’école du crime est aujourd’hui difficile à contester. Est-ce donc la meilleure solution pour les mineurs en conflit avec la loi ? Et si l’on pousse la réflexion encore plus loin, est-ce que le procès pénal est toujours l’option la plus appropriée ? Ces questions font partie de réflexions centrales pour la justice réparatrice (sur ce point, voir Rencontres entre détenus et victimes : vers l’apaisement), de plus en plus préconisée, notamment pour la justice des mineurs. La médiation pénale en est un pan essentiel, mais reste peu appliquée en Suisse, alors même qu’elle est incluse dans le droit pénal des mineurs depuis 2007.

_

Plus : Saskia Perrin, Infoprisons, juillet 2016, Droit pénal des mineurs : les juges boudent toujours la médiation

Internements, mesures thérapeutiques

Lors du « Café-prison du 25 avril 2016, le Groupe d’accueil et d’action psychiatrique (GRAAP), qui anime depuis longtemps un groupe de proches de détenus souffrant de troubles psychiques, avait choisi pour thème l’expertise psychiatrique. Ces rencontres, qui attirent toujours un public très nombreux, permettent aux proches et aux personnes intéressées de poser leurs questions, d’exprimer leurs doutes ou de faire part de leurs critiques aux représentants des autorités pénitentiaires, de la magistrature et du barreau. Elles constituent un exercice utile mais périlleux.

_

Plus : Anne-Catherine Menétrey-Savary, Infoprisons, juin 2016, L’expertise psychiatrique sous le regard des proches de détenus

Dans sa « fiche thématique d’avril 2016, intitulée Détention et santé mentale » la Cour européenne des droits de l’homme passe en revue 17 arrêts, rendus pour la plupart entre 2009 et 2016, concernant des personnes psychiquement malades et condamnées à des peines de prison ; ainsi que 12 arrêts sur des recours déposés par des proches de condamnés malades qui se sont suicidés ou qui ont tenté de le faire. Dans la majorité des cas, la Cour a conclu à une violation de l’article 3 de la CEDH, qui interdit les traitements inhumains et dégradants, et, pour les suicides, à la violation de l’article 2 qui garantit le droit à la vie. La Suisse ne figure pas dans cet inventaire, mais cela ne signifie pas que les soins apportés aux détenus malades sont irréprochables, comme le prouve un récent rapport de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police (CCDJP).

_

Plus : Anne-Catherine Menétrey-Savary, Infoprisons, juin 2016,
Les prisons européennes jouent avec la vie des détenus souffrant de troubles mentaux

A propos du rapport déposé par le Dr Gianacopoulos, responsable de l’établissement Curabilis à Genève, pour la réorganisation de la prise en charge des patients détenus, la journaliste Fati Mansour, dans Le Temps (18.06.16), signe un article très critique, intitulé « Soif de revanche en psychiatrie carcérale ». Selon elle, ce projet de réforme est qualifié d’ hérétique » par les spécialistes du domaine.

_

Plus : Fati Mansour, Le Temps, 18.06.16, « Soif de revanche en psychiatrie carcérale »

Tribunaux, justice, police

L’année 2015 a été caractérisée par un nombre spectaculaire d’exécutions de condamnés à mort dans le monde. Amnesty nternational s’alarme du retour en force de la peine capitale dans certains États.

_
Plus : Lauriane Constanty, Infoprisons, juin 2016, Peine de mort : hausse alarmante des exécutions dans le monde