Infoprisons

Dans ce Bulletin

Actualités diverses

Sous ce titre, nous présentons quelques brèves informations qui ont retenu notre attention dans les médias ou qui nous ont été transmises par des abonnés. Cliquez-ici.

Justice et Police

La mort de Georges Floyd aux Etats-Unis, étouffé sous le genou d’un policier blanc, a suscité d’importantes manifestations de protestation et de colère qui ont secoué les cités d’Amérique et d’Europe, après avoir engendré d’importants désordres à Minneapolis, la ville où vivait cet Afro-américain. « Black Lives Matter », ce slogan n’est pas nouveau : il résonne depuis quelques années à chaque « bavure » des forces de police à l’encontre de personnes fragilisées, discriminées ou racisées. Notre propos ici n’est cependant pas seulement de dénoncer les violences des forces de l’ordre mais d’examiner d’autres aspects problématiques du fonctionnement de la police à travers quelques exemples particuliers, et d’interroger la réponse des institutions judiciaires et politiques.

Plus : Anne-Catherine Menétrey-Savary, novembre 2020 : « Quand les forces de l’ordre sèment le désordre »

Didier Fassin « La mort d’un voyageur » ; extraits

Gwenola Ricordeau : Mouvement abolitionniste et justice transformative

Selon la sociologue Gwenola Ricardeau, la prison n’est pas un moyen efficace pour lutter contre le viol et les agressions sexuelles. Dans son livre « Pour elles toutes, Femmes contre la prison », elle relève que la punition n’est qu’un « lot de consolation bien maigre au regard du crime de masse que sont les violences sexuelles ». Elle plaide, avec les mouvements abolitionnistes des Etats-Unis, pour une justice non-punitive et « transformative », selon une approche communautaire tenant compte des besoins des victimes : sécurité et vérité.

 _ 

Plus : « La prison, une question féministe » ; Interview de Gwenola Ricordeau par Rachel Knaebel ; Le Courrier ; 27.07.20.

Justice restaurative

Nous avons souhaité reprendre l’exemple de Caroline*, victime d’un crime et son expérience avec les dialogues restauratifs.

Plus : Michel Finazzi, novembre 2020 : « Justice restaurative : l’exemple de Caroline »

Le bilan du projet pilote de justice restaurative entre auteurs d’infractions et victimes mis en place au sein de l’Établissement de détention pour mineurs et jeunes adultes « Aux Léchaires » est très positif. L’expérience sera poursuivie.

Plus : Communiqué de presse, canton de Vaud.

Carcéral, judiciaire, au quotidien

Après six années passées dans les prisons genevoises, entre Champ-Dollon, la Brénaz puis Curabilis, un jeune détenu congolais au parcours de vie chaotique a finalement obtenu un placement au centre éducatif valaisan de Pramont, plus adapté à son âge et à ses besoins de formation. Un placement synonyme d’espoir et qui signe la fin d’un séjour très mal vécu à Curabilis, établissement destiné aux délinquants souffrant de troubles mentaux.

_

Plus : Fati Mansour : « De Curabilis à Pramont, le destin kafkaïen d’un jeune détenu », Le Temps, 27.10.2020.

Pendant 48h, une petite station de radio ambulante s’installe dans des lieux isolés, à l’écart de la vie ordinaire. Les deux animateurs de cette radio, Caravane FM, favorisent les échanges et partagent le vécu des résidents et visiteurs de ces univers. C’est à l’établissement pénitentiaire de Bellechasse, à Fribourg, que la caravane des deux animateurs s’est cette fois-ci installée. Derrière les grillages, ils ont rencontré et échangé avec ceux qui portent l’uniforme, agents de détention et directeur de l’établissement, mais aussi avec les personnes détenues, qui ont partagé leur parcours de vie, souvent chaotique. Avec bienveillance et humanité, cette émission a ouvert durant 48h une porte vers ce monde méconnu et difficile.

_

Plus : Caravane FM, « La poignée du bon côté de la porte » RTS, 28.10.2020.Fati Mansour : « De Curabilis à Pramont, le destin kafkaïen d’un jeune détenu », Le Temps, 27.10.2020.

Dans le cadre des Statistiques pénales annuelles du Conseil de l’Europe (SPACE), l’Université de Lausanne analyse l’impact de la pandémie sur la population carcérale européenne (pour voir l’étude : Marcelo F. Aebi et Mélanie M. Tiago, « Prisons and Prisoners in Europe in Pandemic Times : An evaluation of the medium-term impact of the COVID-19 on prison populations », Conseil de l’Europe, 2020). La propagation du coronavirus a contribué à la réduction de la population carcérale en Europe. Les pays européens ont activement lutté contre l’incarcération de masse durant le confinement, afin de mieux gérer une éventuelle propagation du virus au sein des prisons. L’année 2020 est ainsi marquée par une tendance à la baisse de la population carcérale européenne. Toutefois, les taux d’incarcération augmentent ou se stabilisent avec l’arrivée de l’été, laissant ainsi penser que cette décarcération restera exceptionnelle à l’année du coronavirus.

_

Plus : Conseil de l’Europe, Publication d’une étude sur l’impact à moyen terme de la covid-19 sur la population carcérale en Europe, 10.11.2020.

Les proches des personnes incarcérées sont encore trop invisibles dans les politiques publiques suisses. L’ouvrage « Condamner une personne, punir ses proches ? », se place de l’autre côté des murs et met en lumière les souffrances et les maux de l’entourage des personnes privées de liberté. Sophie de Saussure, assistante en droit pénal (UNIGE) et doctorante à l’Université d’Ottawa est l’autrice de cet ouvrage. Entretien.

_

Plus : Lauriane Constanty et Clelia Lauquin, novembre 2020 « Les proches, ces oubliés du système pénal ».

Régulièrement, on entend dire que les peines ne sont pas assez sévères en Suisse. Pourtant, le système actuel dispose de peines particulièrement répressives avec les peines privatives de liberté de substitution (PPLS). De quoi s’agit-il ? Pourquoi n’en parle-t-on quasiment jamais ?

_

Plus : David Kneubühler, novembre 2020, « Les peines privatives de liberté de substitution : peines sévères et discrètes »

Politique pénale

Lors de son congrès de septembre 2020, la jeunesse socialiste suisse (JSS) a publié une prise de position sur le système pénitentiaire intitulée « système pénitentiaire : solidarité et soutien plutôt que répression1 ». Voici un bref retour sur les forces de ce document ainsi que sur les points d’amélioration.

_

Plus : David Kneubühler, novembre 2020, « Bref retour sur la prise de position de la jeunesse socialiste suisse sur le système pénitentiaire »

L’Etat d’Oregon devient le premier pays aux Etats-Unis à dépénaliser la consommation et la possession de drogues dures. A travers une votation populaire, l’Oregon a opté pour une approche plus réhabilitative, abandonnant ainsi la politique de répression en tant que réponse prédominante à la consommation de drogues. La possession et la consommation de l’héroïne et de la cocaïne, par exemple, ne seront plus réprimées par des peines sévères, pouvant aller jusqu’à l’emprisonnement, mais plutôt par des amendes d’environ 100.- US dollars. Lorsque la personne n’a pas les moyens de payer ou ne le veut simplement pas, elle est alors astreinte à se rendre dans un centre thérapeutique pour faire un bilan de santé. La démarche qui vise à proposer des alternatives thérapeutiques aux usagers au lieu d’une poursuite pénale existe également en Suisse. Plus précisément, il s’agit du projet “Warning Meth” à Neuchâtel qui s’adresse aux consommateurs de méthamphétamines (Plus : GREA, plateforme réduction des risques, rencontre du 7 juin 2018, présentation de « Warning Meth » (voir : Canton de Neuchâtel, Communiqué de presse).

_

Plus : GREA, L’Oregon devient le premier État des USA à décriminaliser l’ensemble des drogues, 4.11.2020 ;
Natasha Lennard, Oregon’s decriminalization vote might be biggest step yet to ending war on drugs, The Intercept, 4.11.2020.

Les pratiques dans les pays européens, les Etats-Unis et le Canada concernant la prévention de la pédophilie à travers des programmes de traitement accessibles de manière anonyme aux usagers, démontrent des bons résultats. La Suisse se penche à son tour sur la question des offres thérapeutiques pour les personnes attirées sexuellement par des enfants. Dans son rapport du 11 septembre 2020, le Conseil fédéral relève que les prestations à but préventif sont largement sous-développées en Suisse. Les offres existantes sont peu nombreuses et les traitements proposés concernent exclusivement les auteurs d’infractions. Aucune offre de traitement n’est proposée à titre préventif ou de manière anonyme. De plus, la Suisse manque de thérapeutes spécialisés qui pourront effectivement aborder la question avec les personnes attirées sexuellement par des enfants. Le Conseil fédéral s’engage ainsi à améliorer les prestations à visée de prévention.

_

Plus : Pour lire le rapport : Rapport du Conseil federal : Offres de prévention destinées aux personnes attirées sexuellement par les enfants.
Communiqué de presse du Conseil fédéral.

Dans ce Bulletin

Actualités diverses

Sous ce titre, nous présentons quelques brèves informations qui ont retenu notre attention dans les médias ou qui nous ont été transmises par des abonnés. Cliquez-ici.

Pénal et prison en question

La mobilisation de l’opinion publique autour des affaires de harcèlement, d’atteinte à l’intégrité sexuelle et de viol, à la suite notamment du mouvement #me too a contribué à relancer un débat sur le droit pénal, le redéfinition des infractions et l’allongement des délais de prescription. Sur ce dernier point, les atteintes sexuelles ne sont pas seules en cause : les lésions corporelles causées par exemple par l’exposition à l’amiante bénéficient déjà d’un délai de prescription plus long. Il faut cependant se garder de suivre aveuglément les tendances sociétales actuelles et « résister à la tentation de légiférer trop vite, sous le coup de l’émotion », comme le dit le Professeur honoraire à l’Université de Genève Robert Roth.

Plus : « Il faut légiférer sans céder à la panique » ; interview du Professeur Robert Roth par Célia Héron ; Le Temps, 20.02.20.

Le viol est-il assez sévèrement puni dans le Code pénal suisse ou faut-il modifier le cadre légal ? Selon le Code pénal, la fourchette de la sanction est grande : elle va de 1 à 10 ans pour un viol simple et de 3 à 20 ans pour un viol avec cruauté. Si la peine maximale semble suffisante, la discussion se situe plutôt au niveau du seuil des peines minimales : faut-il inscrire dans la loi une peine plancher ? L’UDC abonde dans ce sens et appelle à un durcissement des condamnations en réclamant une peine minimale de trois ans de prison ferme. Surveiller et punir, un leitmotiv sécuritaire cher à la droite. Mais cela résoudra-t-il réellement le fond du problème ? Les peines fermes dissuaderont-elles les personnes coupables de viol à récidiver ? Les femmes oseront-elles porter d’avantage plainte en craignant moins le verdict d’un non-lieu ? Seront-elles davantage crues lors du procès ? Loin du tout sécuritaire, ne faudrait-il pas plutôt faire évoluer la loi afin de tenir compte du consentement des victimes, de ne plus laisser de côté un grand nombre d’abus sexuels et de considérer qu’un homme peut aussi être victime d’un viol ?

_

Plus : « Viol, quelle sanction ? », Le Courrier, 25.06.2020.

La Belgique est condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme pour avoir placé une personne suicidaire en détention ordinaire, sans suivi médical adéquat. La personne détenue en question, arrêtée pour des délits de violence, a exprimé sa détresse psychique lors de l’audience devant la police et demande l’internement. Le Ministère public refuse et ordonne la détention ordinaire à son encontre. La personne détenue fait trois tentatives de suicide, suite à quoi, elle est mise sous sédatif et placée en isolement cellulaire. La Cour européenne des droits de l’homme conclut à un traitement inhumain et dégradant de la part des autorités pénitentiaires, dans l’absence d’un encadrement suffisant et d’un suivi médical adéquat lors des deux périodes d’incarcération. En l’occurrence, la Cour qualifie le placement en cellule d’isolement en tant qu’« épreuve particulièrement pénible », dépassant « le niveau inévitable de souffrance inhérent à la détention ». La Cours dénonce en outre, l’attitude des autorités pénales face à la plainte pénale déposée par la personne détenue contre l’administration pénitentiaire. Il a fallu 8 mois pour que le juge d’instruction ouvre une enquête à la suite de la plainte pénale. En surcroît, le juge d’instruction se contente d’une enquête sommaire, négligeant d’entendre les personnes impliquées ou mises en cause.

Depuis l’introduction du code de procédure pénale fédéral, le ministère public peut prononcer des ordonnances pénales, c’est-à-dire des jugements, y compris à une peine de prison, sans entendre l’inculpé et sans passer par le tribunal. Aujourd’hui, c’est le cas neuf fois sur dix. Toute la procédure est donc entre les mains des procureurs : l’instruction et la fixation de la peine. Infoprisons avait déjà abordé cette question [voir : Infoprisons : « Une justice désincarnée » ; Infoprisons : « Procédure simplifiée » ]. Aujourd’hui, une recherche de l’Université de Zurich, soutenue par le Fonds national de la recherche a commencé l’analyse de plus de 4000 ordonnances pénales. Le magazine Horizons, publication du FNR, présente les premiers résultats, qui soulèvent bien des questions.

_

Plus : « Quand la justice ne s’encombre plus d’un procès », Susanne Wegner, Horizons, 05.03.2020.

Les débats sur le délit de faciès et les violences policières sont relancés suite au décès de Georges Floyd le 25 mai 2020 aux Etats-Unis. Depuis, les manifestations contre les brutalités policières embrasent le pays et ont dépassé les frontières des Etats-Unis pour se propager dans le reste du monde. En Suisse également, de nombreuses personnes se sont rassemblées dans les villes pour élever la voix et protester face aux violences policières. Car même si le contexte reste assez différent dans notre pays, le sentiment d’injustice est également présent envers les forces de l’ordre. Dans ce cadre-là, un ancien agent de police lausannoise rattaché à Police-secours apporte un éclairage sur les interventions policières.

_

Plus : « Un ex-policier témoigne du “délit de faciès” au quotidien aussi en Suisse », RTS, 05.06.2020.

Prison en mutation

Selon le rapport 2019 sur les prisons et la population pénitentiaire publié chaque année par le Conseil de l’Europe, les pays européens connaissent une faible augmentation de la population pénitentiaire, détenue avant ou après jugement, en comparaison avec 2018. La proportion des femmes en détention et des étrangers est toutefois en augmentation. En général, les prisons européennes ne sont pas surpeuplées avec un taux d’occupation moyen de 88.5 détenus pour 100 places. Quinze administrations pénitentiaires européennes rencontrent toutefois une surpopulation dans leurs prisons, avec plus de 100 détenus pour 100 places. Les condamnations pour des délits de drogue représentent toujours une proportion importante parmi les sanctions d’emprisonnement. En 2019, les européens ont prononcé plus de sanctions entre 5 à 10 ans en comparaison avec 2018. En outre, 15% des détenus européens sont âgés de plus de 50 ans.

Le rapport nous fournit également une brève analyse des tendances d’emprisonnement sur une période de 10 ans, soit entre 2009 et 2019. Selon le taux médian, la population carcérale européenne est en augmentation entre 2009 et 2013 pour ensuite décliner. Les admissions en prison connaissaient une baisse durant la période étudiée. Concernant le taux de sortie de prison, celui-ci reste stable entre 2009 et 2012, pour ensuite fléchir. Les tendances observées entre 2009 et 2019 peuvent être dues au fait que les pays européens recourent dans une moindre mesure à l’emprisonnement, tout en prononçant des sanctions plus longues.

_

Plus : Marcelo F. Aebi & Mélanie M. Tiago. « Prisons and Prisoners in Europe 2019: Key Findings of the SPACE I report », Strasbourg: Council of Europe.

La situation carcérale du Maroc s’est considérablement améliorée depuis les années de plomb marquées par des politiques répressives très violentes qui ont enfermé à large échelle les opposants politiques dans des prisons où régnait la torture. C’est ce qu’une évaluation d’un projet onusien financé par une fondation suisse a permis de constater.

_

Plus : Karen Klaue, Infoprisons, juillet 2020 : « Accès aux services de santé derrière les barreaux : Visite de quatre prisons marocaines en février 2020 »

Réinsertion

Entre le 16 et le 20 mars 2020, la journaliste de la RTS Katia Bitsch et son équipe de l’émission radio Vacarme ont diffusé cinq séquences consacrées à la prison, sous le titre « dedans-dehors ». A travers des interviews de détenus, de leurs proches et de divers intervenants, il s’agissait de montrer comment se prépare la sortie et comment se vit le retour à la vie dite libre. Infoprisons a suivi avec attention ces témoignages et en a retenu quelques éléments significatifs.

_

Plus : Anne-Catherine Menétrey-Savary, Infoprisons, juillet 2020: La réinsertion, pari impossible ?

Les derniers développements scientifiques et théoriques à propos des délinquants sexuels et de leur comportement sont surtout orientés vers l’évaluation et la gestion du risque de récidive. Le « Good lives model for offender rehabilitation » ou le « Modèle des vies saines » réintroduit une perspective plus humaniste dans la prise en charge des délinquants sexuels.

_

Plus : Melody Bozinova, Infoprisons, juillet 2020 : « Réhabilitation des délinquants sexuels : le modèle des vies saines »

Les statistiques sur les condamnations pénales démontrent un taux de récidive faible en Suisse par rapport à d’autres pays. Les taux de récidive (ré-condamnation dans les 3 ans qui suivent la peine initiale) les plus faibles sont trouvés en Norvège (20%), en Autriche (32%), en Suède (33%) et en Suisse (35%). Selon certains experts en exécution de sanction, plusieurs raisons peuvent expliquer la faible récidive en Suisse : pour Daniel Fink, la révision du code pénale en 2007, introduisant les peines pécuniaires avec sursis en lieu et place des peines privatives de liberté de courte durée, a eu un effet dissuasif suffisant pour éviter la commission de nouvelles infractions et a provoqué une baisse importante des incarcérations. Benjamin Brägger attribue le faible taux de récidive à l’exécution « humaine » des sanctions pénales et orienté vers la réinsertion, qui se rapprochent également le plus possible aux conditions de vie ordinaire. Les petites prisons offrent une prise en charge individualisée et des possibilités d’exécuter la sanction en régime ouvert, ce qui prépare les détenus d’une manière adéquate à la vie en liberté. Il est toutefois à noter que les chiffres sur la récidive ne concernent que les ressortissants suisses car les statistiques ne permettent pas de faire la distinction entre les étrangers résidents ou non-résidents de Suisse. Pourtant, environs 75% de la population pénitentiaire suisse sont des ressortissants étrangers. Pour ce type de population, la prise en charge au cours de l’exécution est davantage orientée vers le retour au pays d’origine que sur la réinsertion en Suisse. Des améliorations sont encore à faire en matière d’exécution des sanctions et notamment, en ce qui concerne la réinsertion. La préparation à la libération débute en réalité tardivement dans l’exécution de la peine et même à ce stade, les services doivent en faire plus pour accompagner la personne à un retour dans la société.

_

Plus : Plaidoyer, 02.2020. « Système pénitentiaire suisse : faible taux de récidive ».

Dossier thématique

Covid-19 et la prison

A partir de mars 2020, la planète s’est confinée. En cas de pandémie, tout le monde semble logé à la même enseigne : le même virus, les mêmes effets, les mêmes moyens de lutte. En réalité il n’en est rien. Certains se sont retrouvés plus confinés que d’autres, dans des conditions bien plus pénibles et angoissantes. Parmi eux, les détenus, impactés lourdement par les mesures décidées de façon autoritaire, ont été confrontés à des restrictions de leurs droits: plus de visites, plus d’atelier, plus de sport, plus de sorties ni de congés. Des proches de détenus ont alerté Infoprisons et la lecture des médias nous a fait comprendre que les doléances des confinés étaient partout les mêmes. Petit tour d’horizon des conditions de vie au quotidien dans les pénitenciers.

_

Plus : Anne-Catherine Menétrey-Savary, Infoprisons, juillet 2020 : « Le confinement des confinés : alerte virale sur les prisons ».

Alors que la pandémie semble doucement passer, il ne faudrait pas oublier qu’elle a mis à rude épreuve diverses institutions, dont les prisons. Est-ce que ces dernières sont des lieux adaptés pour gérer une pandémie et en ont-elles les moyens ?

_

Plus : David Giauque, Infoprisons, juillet 2020 Covid-19 : « Réflexions sur les conditions sanitaires en détention ».

Suite à la propagation du Covid-19, la problématique des prisons-incubateurs pour les maladies infectieuses refait surface. Avec le recours à la décarcération de masse, les actions gouvernementales de gestion et de prévention du virus apportent une mini-révolution temporaire au monde pénitentiaire.

_

Plus : Melody Bozinova, Infoprisons, juillet 2020 : « Coronavirus : une opportunité dans la crise pénitentiaire? »

Une doléance des personnes détenues a traversé les murs pendant la pandémie : les restrictions en matière de droit aux visites. Cela nous rappelle qu’il s’agit d’un droit très important, quasiment vital, auquel il est malaisé de toucher. Quelles ont été les mesures prises dans ce domaine et quels impacts potentiels ?

_

Plus : David Giauque, Infoprisons, juillet 2020 : « Le lourd impact de la pandémie sur le droit aux visites »

La crise sanitaire liée au coronavirus a mis le monde judiciaire en ébullition et a contraint le milieu pénitentiaire à se restructurer en profondeur. Des changements qui ont impacté la vie en détention mais également les familles qui ont un proche incarcéré. En effet, hormis dans le canton de Genève, ainsi qu’au sein des établissements de détention avant jugement de la prison de Sion et de la prison Centrale à Fribourg, les visites dans les autres établissements étaient interdites. Durant cette période particulière, comment les proches ont-ils pu garder le lien avec la personne détenue ? Comment les enfants ont-ils maintenu le contact avec leur parent en détention ? Loraine Kehrer-Mauron, responsable du programme Info Familles de la Fondation REPR (Relais Enfants Parents Romands), a répondu aux questions d’Infoprisons.

_

Plus : Lauriane Constanty, Infoprisons, juillet 2020 : « Les familles des personnes détenues à l’épreuve de la “COVID19 ».